1 juin 2022

 

Au fil du río Claro qui afflue dans la région du Maule, s’articulent de merveilleux paysages de forêts, de cascades et de montagnes. Le Parc National Radal Siete Tazas dévoile ses plus beaux secrets, connus jusqu’alors uniquement à l’échelle locale. Telle une véritable invitation à la détente et à l’aventure, les bras de la rivière se divisent pour offrir à tout un chacun, l’activité qui lui convient.

Au fil du Río Claro

À l’aube, nous quittons la capitale chilienne et prenons la route en direction de la région du Maule. Nous arrivons après deux bonnes heures à Molina, une petite ville faisant office de porte d’entrée du Parc National Radal Siete Tazas. Depuis le mois de mars 2008, cette aire naturelle protégée fut déclarée Parc National, elle est administrée par la CONAF – Corporation Nationale Forestière.

En cette matinée d’automne, le soleil tarde à se lever. Nous profitons alors d’une courte pause-café pour nous réveiller avec lui. Il nous reste désormais peu de route pour atteindre les célèbres Siete Tazas – les sept tasses. Le chemin devient caillouteux, sableux et assez étroit. Nous pénétrons tranquillement vers la Cordillère des Andes et le dépaysement est immédiat. Les vitres grandes ouvertes, nous sentons l’air frais en provenance de la rivière nous caresser les joues et parvenons à distinguer plusieurs chants d’oiseaux animant une douce mélodie en rythme avec le cours d’eau. Au total, ce sont plus de 5100 hectares de forêt qui accompagnent le lit du río Claro – la rivière claire. L’accompagnent essentiellement les arbres endémiques des forêts andines du Sud du Chili. À ce titre, la forêt se compose à majorité de Coigüe de Ñire – hêtre Austral -, de Canelos – Cannelle de Magellan -, de Raulí et d’Olivillo. Du côté ornithologique, les Perruches de Patagonie (Cyanoliseus patagonus), les Buses tricolores (Geranoaetus polyosoma) et les Pics de Magellan (Campephilus magellanicus) peuplent l’intégralité du site.

Mirador sur le Salto Velo de la Novia

Quelques mètres plus loin, nous nous stationnons sur le côté droit du chemin, à proximité d’autres véhicules. Un premier point de vue se présente à nous : il s’agit du « Velo de la Novia » – le voile de la mariée. Comme surgi de nulle part, l’impressionnante chute d’eau s’écoule au cœur d’une végétation foisonnante. Le spectacle qui s’offre à nous semble tout droit sorti d’une peinture illustrant un paysage imaginaire. Après cette agréable bouffée d’air frais, nous reprenons la route pour rejoindre notre prochaine étape, les Siete Tazas.

L'une des Siete Tazas

À notre arrivée, nous optons pour le sentier dénommé « Salto la Leona » – La chute de la Lionne. Il s’agit d’une petite marche d’environ 2 heures, dont la distance s’étend sur un peu plus d’un kilomètre. D’autres parcours sont également possibles. Le choix de ces derniers s’effectue sur place, selon le temps et l’envie de chacun des randonneurs.

Le chemin emprunté sillonne à travers des feuillages foisonnants aux belles tonalités automnales. À l’ombre de ces arbres colorés, nous déambulons paisiblement et profitons pleinement de la fraîcheur matinale. Le parcours se déroule sur d’amples passerelles en bois clair, élevées sur pilotis. Quelques marches en contrebas semblent nous convier à marquer une pause. Nous étions loin de nous imaginer le sublime panorama qui nous attendait depuis ce mirador orchestré.

Sept incroyables cascades se déversent aux creux des roches qu’elles ont dessinées à travers le temps par leurs mouvements incessants. Les puits d’eau sont d’un bleu séduisant invitant à la baignade. Perchés en haut du point de vue et grâce à la légère brise, nous parvenons à ressentir les fraîches températures qui s’y évaporent.

Nous cédons notre place au premier rang à d’autres spectateurs, et continuons notre parcours en direction du Salto de la Leona. Les passerelles se poursuivent sur quelques mètres, jusqu’à dominer une autre impressionnante cascade. Nous surplombons désormais la vallée, et au loin, nous apercevons la fameuse cascade de la lionne. Nous descendons à l’aide d’un petit escalier en bois jusqu’à rejoindre le río Claro situé en contrebas. Le reste du parcours nous fait naviguer entre de gros rochers stables et immobiles, imbriqués les uns les autres sur le lit de la rivière.

Plage éphémère, Salto de la leona

Ce midi, la chance nous sourit. En cette saison, la plage éphémère placée aux pieds de la cascade n’est en effet pas inondée comme elle peut parfois l’être en été ou en hiver, elle est donc accessible. Il nous suffit désormais de traverser la rivière pour l’atteindre. Une fois nos chaussures de randonnée en main, nous apprécions un instant l’eau fraîche qui circule entre nos orteils. L’heure du déjeuner a sonné, nous en profitons pour installer notre pique-nique sur le sable fin de la plage ensoleillée. Après une baignade vivifiante au pied de l’impressionnante cascade aux eaux tantôt turquoise tantôt transparentes, nous empruntons le chemin inverse pour regagner le véhicule. Le lendemain, nous irons un peu plus en amont de la rivière, dans le secteur du Parc Inglés.

Pauses rafraîchissantes, Salto de la leona

Après une bonne nuit de sommeil, nous enfilons à nouveau nos chaussures de randonnée et prenons cette fois-ci la direction du Parc Inglés. Souhaitant tous deux effectuer une randonnée de faible difficulté, nous choisissons le sentier nommé « El Bolsón » et partons l’un dernière l’autre à la rencontre de la montagne éponyme. Le chemin, bien délimité, s’apprécie d’autant plus qu’il commence à l’ombre de hauts arbres natifs aux feuillages persistants de teintes rougeâtres. Le chant des oiseaux nous guide aujourd’hui encore, mais ces derniers restent bien cachés entre les innombrables branches qui nous entourent et craquèlent sous leurs envols. Au bout du chemin, un tunnel de lumière parvient à s’introduire. Le sentier alterne ainsi durant près de 2 heures de marche entre ombres et clairières, jusqu’à remplacer en fond de tableau la cime des arbres par les hauts sommets montagneux du Cerro Tres Puntas.

Cerro Tres Puntas. Parque Ingles

Très vite, nous retrouvons le fil du río Claro et profitons quelques minutes de cet instant afin de nous y relaxer. Le Bolsón se dresse fièrement face à nous. Il semble régner sur le site tout entier. Les couleurs de l’automne ressortent particulièrement face à la teinte obscure de ce géant de roche. Le sentier ne traversant pas la rivière, nous rebroussons notre chemin pour regagner le parcours initial. Environ une heure de marche plus tard, nous arrivons au refuge de la CONAF, « el Refugio Bolsón ».

Le Bolsón, Parque Ingles

Depuis celui-ci, existent d’autres sentiers possibles et réalisables sur plusieurs journées. Bien que notre objectif soit d’effectuer une randonnée d’une journée, nous décidons tout de même d’aller un peu plus loin à la rencontre d’une dernière cascade, le « Salto del Indio » la cascade de l’Indien. Et ce petit détour récompense fortement nos efforts. La végétation est changeante, la strate basse est ici dominante. Les teintes semblent une fois de plus être issues de la palette d’un artiste et donnent vie à la merveilleuse scène qui s’anime devant nous. En début d’après-midi, et après avoir longuement profité de la tranquillité du site, nous prenons le chemin inverse afin de rentrer avant que la nuit ne tombe.

Le Salto del Indio, Parque Ingles

Sentiers possibles au départ du refuge El Bolsón :
Laguna las Ánimas, compter 2 à 3 jours au total
Cerro Las Ánimas, compter 2 à jours au total
Laguna Mondaca et ses thermes, compter 4 jours au total
Sendero del Cóndor et ses thermes, compter 4 jours au total

 

Le Parc National Radal Siete Tazas propose un large éventail de sentiers de randonnée ouverts à tout public et pour tous les niveaux. À proximité de la capitale chilienne, elle est une véritable invitation à la rencontre de grands espaces. L’eau omniprésente amène littéralement à se ressourcer au cœur d’une végétation abondante !

Claire Gaudouin

Carnet pratique

Comment y aller ?

Depuis Santiago : compter environ 210 km, soit 2 heures et 30 minutes de route pour rejoindre Molina.
Depuis San Fernando : compter 75 km, soit 1 heure de route pour rejoindre Molina.
Depuis Talca : compter 52 km, soit 45 minutes de route pour rejoindre Molina.

Un circuit ? Trekking au Chili  ; Randonner près de Santiago

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Contenu est protégé.