Voyage Copiapó, Chili. Information tourisme.

Géographie, climat, sites, histoire, musées et monuments, hôtels, transports, circuits, parcs Pan de Azúcar et Nevado Tres Cruces

 

SITUATION GÉOGRAPHIQUE DE COPIAPÓ

Situation géographique de Copiapó

Copiapó est la capitale de la IIIe Région d’Atacama, qui s’étend de la côte Pacifique à l’ouest, jusqu’à la Cordillère des Andes à l’est, où l’on trouve les plus hauts volcans actifs des Andes. Située à 74 km de la côte Pacifique, elle se trouve au cœur du bassin hydrographique du río Copiapó, à 400 m d’altitude. Sa population compte environ 130 000 habitants. Les sites touristiques les plus connus de la région sont le parc national Pan de Azúcar, les baies de Caldera et Bahía inglesa sur la côte Pacifique, les dunes de Copiapo et la Laguna Verde dans le parc national Nevado de Tres Cruces.

 

UNE RÉGION AUX PAYSAGES VARIÉS


Cette région est particulièrement riche et diversifiée en termes de paysages : lagunes, salars et hauts plateaux sur la bande Est ; désert de dunes dans la bande centrale, enfin stations balnéaires et le parc national Pan de Azúcar sur la bande côtière. Les immensités désertiques forment ainsi un contraste avec les vignes et les arbres fruitiers des vallées fertiles de la région.

 

CLIMAT DE COPIAPÓ

Recherche d'eau, zone de Los Cerros de Barrancas Blancas
Le climat est tempéré, chaud sur les côtes et dans les vallées, et plus froid dans la cordillère. En hiver, de juin à septembre, sur la zone côtière, la Camanchaca est souvent présente jusqu’en début d’après-midi. Dans la cordillère, les sommets sont souvent enneigés. Nous ne recommandons pas l’hiver pour visiter cette région du Chili. L’automne, l’été et le printemps, du mois d’octobre au mois de mai, sont en revanche favorables à la découverte de la région d’Atacama, les températures étant chaudes sur la côte, et plus clémentes sur les hauts plateaux. Voir notre fiche : Quand partir au Chili.

 

QUE VOIR À COPIAPÓ ?

La place d’Armes

Place d'Armes de Copiapo

Aussi connue sous le nom de Plaza Prat, la place d’armes de Copiapó est la pièce centrale de la ville, et fut construite en 1774 pour marquer la prospérité grandissante qu’a connu la ville en fin de XIXe siècle. Vous pourrez admirer en son centre la fontaine des miniers, entièrement construite avec du marbre, qui fut classée monument historique en 1993.

 

La statue pour la paix mondiale

Statue pour la Paix Mondiale, Copiapó

Cette statue fut érigée en 2011 sur la place Cacique Colipí, à Copiapó, en l’honneur des 33 rescapés de la mine San José en 2010. Cette figure en acier, haute de 10 mètres, représente une femme aux bras ouverts tendus vers le ciel et les cheveux au vent. Sur une de ses mains se trouve ce que l’on devine être une colombe de la paix.

 

Église San Francisco de Copiapó

Eglise San Francisco de Copiapó

Haut bâtiment où les bordures blanches se mêlent aux façades rouge, l’église San Francisco est une des plus ancienne de Copiapó. Comme son nom laisse l’entendre, elle fut érigée par des moines de l’ordre des franciscains, en 1872. Elle arbore un style néogothique, bien que certains endroits soient emprunts des styles romantiques et baroques. L’édifice fut rudement mis à l’épreuve lors des séismes de 1822, 1851 et 1922, mais a tenu bon. Chaque année, la coutume veut que le 4 octobre ait lieu la bénédiction des troupeaux sur le parvis de l’église. Cette cérémonie porte le nom de l’église en s’appelant le festival San Francisco.

 

Ancienne gare ferroviaire de Copiapó

Ancienne fare ferroviaire de Copiapó

En 1851 fut inaugurée la ligne ferroviaire de Copiapó, qui allait révolutionner les transports chiliens. À l’origine du projet : l’ingénieur nord-Américain William Wheelwright, infatigable modernisateur et avant-gardiste. Ce réseau ferroviaire avait pour but d’approvisionner la région de Copiapó, principalement minière à cette époque, et s’étendait sur 81 kilomètres entre Caldera et Copiapó. À son apogée, le circuit ferroviaire comptait plus de 151 kilomètres. L’arrivée du train a permis à la région de se développer en rendant possible la construction du port de Caldera, l’acheminement d’eau potable dans des villages reculés des régions qu’il traversait, ainsi que l’installation d’éclairage et de gaz dans la région. Aujourd’hui, la gare n’accueille plus que les transports logistique de la compagnie Ferronor.

 

Musée minéralogique de l’Université d’Atacama

Musée de la Minéralogie de Copiapó

Le musée minéralogique de Copiapó est l’un des deux musées les plus complets du pays, si ce n’est du monde. Rattaché à l’université d’Atacama, le musée compte près de 14 000 échantillons de minerais. Pour chaque échantillon, vous serez informé sur la nature, la provenance, ou encore dans quels pays peut-on le retrouver. La collection a débuté au milieu du XIXe siècle, et le musée est né en 1860, grâce à Don José Antonio Carvajal et Don Ignacio Domeyko. La collection était d’abord vouée à n’être utilisée que par des étudiants, mais l’importance de la collection en a rapidement fait l’un des incontournables de tout curieux souhaitant en apprendre plus sur les minerais du Chili. Le musée est pensé pour être accessible aux personnes de tous âges et tous horizons professionnels, de l’enfant à l’adulte expert en minerais.

 

Musée Régional d’Atacama

Musée Regional de Copiapó

Si vous voulez diversifier l’information, rendez-vous au musée régional d’Atacama qui se situe également en centre-ville à Copiapó. L’institution, fondée en 1973, concentre des informations sur toutes sortes de sujets ayant attrait à la culture de la région. Vous y trouverez ainsi des expositions sur les minerais, sur l’archéologie et sur l’histoire des environs. L’exposition permanente rend compte de 12 000 ans de vie humaine, puisqu’elle relate l’histoire depuis la période archaïque jusqu’à aujourd’hui. Les informations sont fournies par ce qui était autrefois l’université Técnica del Estado, devenue aujourd’hui l’Université d’Atacama. Le musée est régulièrement rénové et repensé pour être moderne, bien agencé, et interactif.

 

Palais de Viña de Cristo

Palacete de la Viña de Cristo

Lors de la découverte de la mine de Chañarcillo dans la région d’Atacama, la ville de Copiapó a essuyé un succès fulgurant et est rapidement devenue l’un des lieux les plus importants pour tous ceux dans l’industrie de la mine. En conséquence de cet afflux de personnes, la ville s’est peu à peu vêtue de monuments élégants et raffinés, aujourd’hui classés monuments historiques. Parmi eux : la Villa de Viña de Cristo. Il s’agit de l’un des plus beaux édifices de la ville, où résidait Apolinario Soto, le propriétaire de la mine de Tres Puntas. Datant de 1860, la villa allie une architecture qui laisse apparaître des éléments de la Géorgie du Sud, aux États-Unis, et l’architecture néoclassique Italienne. Autrefois demeure privée, l’édifice est racheté par l’Etat en 1950, et devient alors l’Ecole Normale Rómulo de Copiapó, une annexe de l’université d’Atacama.

 

QUE VOIR AUTOUR DE COPIAPÓ ?

VALLÉE DE COPIAPÓ

Nouaison, vallée de Copiapó
La vallée de Copiapó s’étend depuis la ville du même nom jusqu’à el Tranque Lautaro. C’est dans cette vallée que se rejoignent 3 fleuves, le río Manflas, Jorquera et Potro pour former le río Copiapó. La vallée de Copiapó se distingue par sa richesse et sa diversité géologique, botanique et minière. Elle fut d’ailleurs visitée par Charles Darwin dans le cadre de ses recherches. On trouve ainsi de nombreuses mines d’argent dans cette vallée, qui ont autrefois joué un rôle important dans le développement de cette région. On trouve également de nombreux centres archéologiques d’origine Inca.

 

VITICULTURE, VALLÉE DE COPIAPÓ

Vignoble, vallée de Copiapó, Región Vitícola de Atacama

Le terme vallée de Copiapó désigne également une dénomination d’origine de vins et d’autres produits viticoles. Cette région est en effet très intéressante pour la viticulture du Chili, grâce aux fleuves qui descendent de la cordillère des Andes. Les habitants de cette région ont appris à travailler et à profiter de ce relief particulier, afin d’optimiser la ressource en eau, rare dans la région. Cette particularité et ce savoir-faire offrent ainsi des paysages étonnants, avec des vignes qui semblent grimper sur les collines arides de la vallée.

 

TIERRA AMARILLA

Tierra Amarilla, vallée de Copiapo

Tierra Amarilla est située dans la vallée du río Copiapó, à environ 16 km au sud-est de la ville de Copiapó, près notamment de nombreux et d’importants gisements de cuivre. Sa jolie église néo-gothique dans le centre de la ville, face à la place principale, fut construite en 1904. On peut aussi visiter le musée de la mine Tránsito, où sont présentées les anciennes traditions minières.

Voir nos photos

 

NANTOCO

Eglise de Nantoco, vallée de Copiapo

Petit village comptant aujourd’hui à peine 400 habitants, Nantoco était autrefois le village le plus important de la région après Copiapó, et les populations indigènes lui avaient donné le nom de “Nantoc”. En 1655, le débordement du río Copiapó ravage les environs et l’église du village ne résiste pas. Près d’un siècle plus tard, en 1750, la chapelle est reconstruite grâce au soutien d’un propriétaire terrien, Felipe de Mercado. Le village était initialement tourné autour de l’agriculture, mais l’essor de l’activité minière a attiré de nombreux industriels et petit à petit, des familles minières importantes y ont installé leur demeure. Si vous voulez admirer l’architecture de l’époque minière, faites un détour par l’Hacienda de Nantoco, et en particulier par la maison et son église. Les lieux furent classés Monument Historique en 1984. La maison, de style néoclassique, avait été commandée par l’homme d’affaire Apolinario Soto qui vivait dans le palais de la Viña de Cristo. L’église, de style néoclassique, arbore deux colonnes sur son parvis, un fronton triangulaire, ainsi qu’un clocher de la taille du reste de l’édifice. Malheureusement, les lieux furent détériorés à la suite de séismes dans la région, des dégâts qui n’ont pas été effacés par le temps… au contraire.

Voir nos photos

 

LOS LOROS

Chapelle de Los Loros
Située sur la même route que Tierra Amarilla, mais un peu plus loin, à environ 70 km au sud-est de Copiapó, on rencontre la communauté de Los Loros. Là on peut visiter, également, le site archéologique La Puerta, constitué de deux cimetières, d’un palais inca ainsi que d’autres structures plus petites. C’est dans sa jolie église que se tiennent chaque année au mois de juillet les fêtes en l’honneur de la Vierge de Carmen.

 

VALLÉE DE JORQUERA

Vallée de Jorquera, río Jorquera
La vallée de Jorquera, située au sud-ouest de Los Loros, longe le río Jorquera et est bordée par des montagnes culminant entre 2000 et 4000 m d’altitude. Au cœur de cette vallée et au bord du fleuve Jorquera se situe la commune de El Quemado. La vallée de Jorquera est l’accès sud du parc Nevado tres Cruces, celle de la Laguna del Negro Francisco.

 

COL DE PIRCAS NEGRAS

Col frontalier de Pircas Negras
Ce col est perché à 4164 m au-dessus du niveau de la mer et possède une frontière commune avec la province de la Rioja en Argentine, au nord des Cerros de Pircas Negras. L’environnement est grandiose dans ce lieu entouré de gigantesques montagnes.

 

CENTRE INCAÏQUE VILLA DEL CERRO

Centre incaïque Villa del Cerro, Copiapó
À noter 3 caractéristiques de la région de Copiapó : Tout d’abord, des sous-sols riches en ressources minières, qui représentent 90% des exportations régionales, en particulier pour les ressources métalliques comme le cuivre, le fer et l’or, et non métalliques (barite, molydbène et marbre). D’autre part, c’est une région qui abrite de nombreux sites archéologiques. On peut en effet rencontrer dans cette zone des peintures rupestres, des géoglyphes et pétroglyphes, ainsi que des ruines de villages ancestraux comme celles de l’époque Inca à Villa del Cerro, ou encore les ruines de Puquios, près de Copiapó. Il existe d’ailleurs un musée qui présente une importante collection d’objets archéologiques, historiques et minéralogiques ainsi qu’une bibliothèque d’époque, le Museo regional de Atacama.

Voir nos photos

 

RUINES DE PUQUIOS

Ruines de Puquios, Copiapo, Chili
Les ruines de Puquios se situent dans la précordillère, à 60 km à l’est de Copiapo. Cet ancien village minier perché à 1200 m d’altitude comptait plus de 5000 habitants et une gare ferroviaire le reliant à Caldera, sur la côte Pacifique. On exploitait principalement le cuivre provenant des sites de Dulcinea et de Tres Puntas. À la fin du 19ème siècle le déclin de l’industrie minière contraint les habitants à déserter le village. Aujourd’hui on peut visiter les vestiges des maisons de pierres et d’adobe, les usines désaffectées ainsi que le cimetière.

Voir nos photos

 

ZONE MINIÈRE DE MARICUNGA

zone minière de Maricunga
Ce secteur, situé à 175 km de la ville de Copiapó, possède un impressionnant sous-sol minier, qui s’étend sur plus de 6000 hectares. Il se caractérise par la présence de métaux tels que le cuivre et l’or, ou encore le quartz.

 

PARC NATIONAL NEVADO TRES CRUCES

Parc national Nevado Tres Cruces, route 31
Le parc Nevado Tres Cruces de 59 000 hectares est la vedette de la région Atacama. À 150 km de la ville de Copiapó, il est divisé en deux secteurs, le plus grand comprenant une partie du salar de Maricunga et la lagune Santa Rosa, le second la lagune del Negro Francisco. Le salar de Maricunga, à 3770 m, est l’un des plus beaux du Chili, entouré de sommets enneigés et parsemé de petites lagunes qui percent la croûte de sel et constituent un refuge pour de nombreux oiseaux.

Voir notre dossier spécial

 

PASO DE SAN FRANCISCO (4726 M)

Paso de San Francisco (4.726 m)
Il s’agit d’un des passages entre l’Argentine et le Chili. Son habilitation dépend des conditions climatiques, surtout pendant l’hiver. Il n’y a pas de logement ou de restaurant pendant 280 km. C’est au complexe frontalier Maricunga, au nord du Salar du même nom, que se règlent les formalités de douane pour les voyageurs en transit.

Voir nos photos

 

CALDERA, RÉGION D’ATACAMA

Port de Caldera, Atacama

Cette station balnéaire, située à 75 km au nord-est de Copiapó, est également le port de cette dernière. C’est de là que furent exportés les minéraux extraits de la mine de Chañarcillo. Il s’agit de la station balnéaire la plus importante de la région. Elle est constituée de trois baies, chacune offrant de jolies plages et de bonnes infrastructures touristiques. Caldera est également connue pour avoir l’une des fosses marines les plus profondes du monde.

 

MUSÉE PALÉONTOLOGIQUE DE CALDERA

Musée paléontologique de Caldera

Le musée d’histoire naturelle et de paléontologie se trouve dans le centre de la ville, au sein du centre culturel Estación, plus connu sous le nom de “Estación Caldera”. On y trouve des fossiles du Miocène et du Pliocène moyen (environs -11 à -3 millions d’années). L’intérêt des habitants de la région pour la récolte des fossiles est allé grandissant, et beaucoup de familles y trouvaient un moyen de subsistance. Cependant, alors que de plus en plus de personnes allaient en chercher dans la nature, des lois promulguant l’illégalité de l’activité a freiné cette dynamique. Mais beaucoup y ont vu une opportunité de créer un projet plus grand, et c’est alors que le musée est né. La pièce phare du musée ? Un crâne de baleine vieux de 10 000 années, prénommée “Josefina”.

Voir nos photos

 

BAHÍA INGLESA, RÉGION D’ATACAMA

Bahia Inglesa, Région d’Atacama
Bahía Inglesa est connue pour ses plages de sable blanc et des eaux de couleur turquoise. Avec Caldera, cette station balnéaire offre de nombreuses activités nautiques. La côte de cette baie s’étend sur plus de 100 km. Elle est reliée à la route panamericaine Norte, venant de Chañaral jusqu’au Sud. La Bahía Inglesa est aussi connue pour l’incroyable site paléontologique qu’elle abrite. En effet, d’innombrables fossiles sont présents dans cette zone, dont des fossiles d’animaux, tels que dauphins ou encore crocodiles.

 

PARC PALÉONTOLOGIQUE DE BAHIA INGLESA

Museo Paleontologique de Caldera, Copiapo
Le parc paléontologique se situe à Bahia Inglesa, et abrite une formation de gisements riches en diversité de fossiles avec plus de 70 espèces. Il peut être considéré comme un des sites paléontologiques les plus importants du Chili. Certains des fossiles présents dans le parc datent de 16 millions d’années.

Voir nos photos

 

BAHÍA CISNE

Bahía Cisne, région Atacama

Un voyage au Chili n’est pas complet sans avoir profité des côtes du pays. De passage à Caldera, faites une halte par la plage de Bahía Cisne, où vous pourrez profiter d’une nature peu dérangée par l’activité humaine. Pas de kioskes, pas d’immeubles… Juste du sable et du soleil ! Pour pourrez trouver cette plage en forme de crique au sud de la ville de Caldera, mais attention au courant ! Il peut s’avérer dangereux pour toute personne inattentive.

Voir nos photos

 

PUERTO VIEJO ET PLAYA BLANCA

Playa Blanca, Puerto Viejo

Puerto Viejo est une petite ville côtière à 40 kilomètres de Caldera, où vous pourrez vous promener entre des petites maisons colorées caractéristiques du lieu. La plage Blanca se trouve à côté, et constitue le lieu parfait pour profiter d’un peu de soleil loin du vacarme des grandes villes. Si vous êtes chanceux, quelques foodtrucks seront parqués dans les environs, assurant un déjeuner lorsque le soleil sera à son zénith.

Voir nos photos

 

PLAYA LA VIRGEN

Playa La Virgen, Copiapó

Comme Bahía Cisne, la Playa La Virgen est une crique où il est possible de profiter du soleil et de la nature loin du bourdonnement de la ville. Vous y trouverez une plage aux eaux turquoise. La plage se situe au sud de Caldera, de Bahía Cisne, et Puerto Viejo, dont elle est la voisine.

 

PUNTA FLAMENCO, ENTRE CALDERA ET CHAÑARAL

Punta Flamenco, entre Caldera et Chañaral
La Punta Flamenco se situe entre Chañaral et Caldera. Elle possède un accès très facile à proximité de la route Panamericana. Ce secteur se caractérise par un relief important, avec également un ensemble de plages de sable fin ou de rochers, certaines reculées et difficiles d’accès à cause de fortes pentes. Les avancées formées par ce relief offrent de belles vues sur la côte.

 

ÉGLISE DE CHAÑARAL ET CASA MOLINA

Eglise de Chañaral et Casa Molina
La belle église de Chañaral, Nuestra Señora del Carmen, fut construite en bois blanc et inaugurée en 1864. Des visites sont possibles tous les jours. Située à proximité, la Casa Molina fut construite en 1904 pendant l’ère minière par un notaire de la ville. Depuis 1938, c’est la propriété de la famille Molina. Les deux patios et leurs arcs lui confèrent beaucoup de charme.

 

PLAYA BLANCA, BAHIA COQUIMBO, PARC PAN DE AZUCAR

Playa Blanca, Bahia Coquimbo, parc Pan de Azucar
À 100 km de Caldera, le parc Pan de Azucar s’étend jusqu’à la côte, où l’on rencontre de belles plages aux eaux turquoise, idéales pour la nage, la pêche ou la plongée. À ne pas manquer : la plage Blanca et la baie Coquimbo, situées non loin de l’île Pan de Azúcar, à la flore et à la faune particulièrement riches (renards, lions de mer, manchots ou encore cactus). Dans le parc, plusieurs sentiers sont proposés pour les visiteurs.

Voir nos photos

 

CALETA PAN DE AZUCAR

Caleta Pan de Azucar
La baie de la Caleta Pan de Azucar offre une plage abritée, parsemée de quelques maisons de pêcheurs, et de nombreuses possibilités de balades. Si le parc Pan de Azucar comprend également des sites somptueux dans les vallées et les montagnes, il est bien entendu côtier, avec des plages très agréables comme la Caleta Pan de Azucar. De là il est possible de partir en excursion nautique pour faire le tour de l’île Pan de Azucar et observer la faune marine et aviaire.

 

INCA DE ORO

Inca de Oro, Copiapo, Chili
Le village de Inca de Oro, à une centaine de kilomètres au nord de Copiapó, possède une longue tradition minière. La région fut exploitée dès le milieu du XIXe siècle, et le village crée au début du XXe siècle. Dans les années 1940, elle accueillit de nombreux immigrants européens, mais aussi japonais ou chinois, pour travailler dans les mines d’or de la zone. Inca de Oro compte aujourd’hui plus de 400 habitants, et poursuit son activité minière. Elle abrite en outre un musée de la Mine et un petit centre astronomique.

Voir nos photos

 

LE DÉSERT FLEURI

Le désert Fleuri, Copiapó
Ce phénomène poétique et scientifique a lieu dans la région Atacama entre Copiapo et Vallenar. Les photos de désert fleuri ont fait le tour du monde : le désert fleuri en réalité tous les ans au printemps, mais une forte fleuraison a lieu tous les 5 à 7 ans : le désert le plus aride du monde subit les effets del niño, et l’humidité fait exploser la floraison de 200 espèces de plantes. Deux zones exceptionnelles pour observer le phénomène : le parc Pan de Azucar et Llanos de Challe où fleurissent en particulier les fleurs des cactus.

Voir notre vidéo

 

LES DUNES DE COPIAPÓ

Les dunes de Copiapó
Cette région est balayée par des vents très forts, qui avec le temps ont façonné d’immenses dunes de sable. Certaines même ont recouvert des montagnes. Entre Caldera et Copiapo, la mer de sable couvre une superficie de 335 km². Une faune et une flore se sont adaptées à ce terrain très spécial.

Voir nos photos

 

LA DUNE MEDANOSO

La dune Medanoso
Du haut de ses 1643 m, el Medanoso est la dune la plus haute du continent. Elle trône majestueusement dans la région dunaire de Copiapó. Entre son pied et son sommet, la dune mesure 550 mètres de hauteur, cependant celle-ci varie rapidement au cours du temps et au gré des vents. Il faut prévoir 3 heures aller-retrour pour l’escalader à pied et en redescendre.

Voir nos photos

 

LE RALLYE DAKAR À COPIAPÓ

Le rallye Dakar à Copiapó
Pendant 6 ans (2009 à 2014), le Dakar s’est déroulé au Chili, entre autres pays sud-américains. Et les étapes dans les dunes de Copiapó ont fait parti des moments forts du rallye. En effet, cette région offre un gigantesque terrain de jeux pour les passionnés de conduite tout terrain. Pour les voyageurs individuels, il est possible d’effectuer une excursion en 4×4 dans les dunes, sur les traces du rally Dakar. Nous recommandons le coucher du soleil au milieu des dunes avec un verre de carménère à la main..

 

QUEBRADA DE LAS PINTURAS

Pétroglyphes, Quebrada de las Pinturas
Site archéologique, cette quebrada abrite des pétroglyphes remontant à la culture précolombienne Anima. Parmi les dessins, probablement crées avec de la roche rouge et de l’huiles d’une plante locale, on devine notamment des personnages, des animaux (camélidés, oiseaux) et des visages. Plusieurs interprétations sont possibles : le dessin de ces animaux, en mouvement, pourrait ainsi représenter une scène de chasse.

Voir nos photos

 

MINE SAN JOSÉ

Extration de la nacelle, mine San Jose, 13/10/2010
Les 33 mineurs de la mine San José remontent enfin à la surface après 69 jours passés coincés à plus de 700 m de profondeur. La sortie miraculeuse de ces nouveaux héros, suivie par les médias du monde entier, fut rendue possible grâce à la mobilisation réussie des secouristes chiliens.

Voir nos photos

 

MINE CERRO NEGRO NORTE

Mine du Cerro Negro Norte
À 32 km de Copiapó, cette imposante mine de fer à ciel ouvert extrait chaque jour 14 000 tonnes, sur 200 hectares. Elle utilise une technologie récente qui désalinise de l’eau de mer, afin de l’exploiter. Ouverte en 2014 avec un investissement de 12 milliards, elle devrait être exploitée pendant 20 ans environ.

Voir nos photos

 

MINE DE GALLEGUILLOS

Mine de Galleguillos
À 45 km de Copiapó, cette ancienne mine d’or fut exploitée dès le milieu du XIXe siècle, mais officiellement fondée en 1932.

Voir nos photos

 

MINE LA CIRUJANA ET LAS GUIAS

Mine La Cirujana
Ces deux mines du XIXe siècle pourraient former un décor de cinéma. La mine La Cirujana, désaffectée depuis les années 1980, abrite encore quelques cabanes en bois et les restes du puits, artisanal, au milieu du désert. Quelques kilomètres plus loin, Las Guias, encore en activité mais réduite, offre encore une vieille école en bois qui date de son âge d’or. Elles font partie de la Ruta de Chañaral qui fait découvrir, entre Copiapó et le village de Inca de Oro à 100 km, les anciennes mines de la région qui firent un jour sa richesse.

Voir nos photos

 

MUSÉE DES MINES, TIERRA AMARILLA

Musée Minero, Tierra Amarilla
Fondé en 2011, le museo Minero du village de Tierra Amarilla présente à la fois l’activité minière de la région, mais aussi des objets plus hétéroclites : météorites métalliques, un granite orbiculaire de 110 millions d’années, une roche magmatique, des fossiles et une collection de 250 minerais ! Le village se situe à 16 km au sud de la capitale régionale.

Voir nos photos

 

OÙ SE LOGER À COPIAPÓ ?

Hotel Wara
Hôtel Wara : ce splendide établissement se trouve à 18 kilomètres de Copiapó, sur la route n°5 en direction du Pacifique. Au milieu du désert, cet hôtel reprend le design andin de la région, avec beaucoup de goût. Le restaurant travaille avec des produits bio de la région, et propose des menus basés sur la cuisine du Nord du Chili, influencé par les Andes et le Pacifique.

Voir nos photos

K Hotel Boutique, Bahia Inglesa

K Hôtel Boutique : cet hôtel se trouve à Bahía Inglesa, face à la mer, sur l’une des plus belles plages de la côte chilienne. Familial, avec une ambiance résolument boutique, c’est un petit îlot de bonheur les pieds dans l’eau.

Voir nos photos

 

OÙ MANGER À COPIAPÓ ?

Restaurant El Plateao, Bahia Inglesa

El Plateao à Bahia Inglesa : face à l’océan, el Plateo vous reçoit dans une ambiance détendue, et vous fait goûter ses spécialités de poissons et fruits de mer : ostiones, pez de roca ou jaiba, sans oublier l’incontournable ceviche.

Restaurant Coral de Bahia Inglesa

Coral à Bahia Inglesa : ce restaurant les pieds dans l’eau (ou presque) fut le premier restaurant de la ville il y a 35 ans, et reste un incontournable. Fruits de mer et poissons sont ici aussi les stars incontestés des plats proposés.

Voir nos photos

Restaurant Tumorrou, plage El Morro

Tumorrou : de l’autre coté de la baie Inglesa, Tumorrou est un restaurant de plage, presque sur le sable. Dans une ambiance informelle, on vous sert des assiettes de fruits de mer, pisco en main et concert en bonus !

Voir nos photos

Restaurant Legado, Copiapó

Le Legado, à Copiapó : Repère du cuisinier passionné Luis Monténégro Carter, le Legado offre une carte centrée sur les produits que la région a à offrir : viandes de qualité, fruits de mer et poissons. Le restaurant, aux couleurs vives rappelant les paysages avoisinants, propose au voyageur de passage une immersion dans la culture de la région qui sublimera l’expérience culinaire.

Et Teatro, à Copiapó : changement d’ambiance, avec ce restaurant qui vous propose des poissons et fruits de mer, mais avec comme spécialité la cuisine méditerranéenne. Cadre élégant de brasserie et carte des vins fournie.

 

TRANSPORTS : COMMENT SE RENDRE À COPIAPÓ ?

Laguna del Negro San Francisco
Avion : l’aéroport de Copiapó se trouve à 53 km à l’ouest de la ville de Copiapó, sur la route nº 5.
Route : la route Panamericana depuis Vallenar jusqu’à Copiapó, qui passe notamment par la zone du désert fleuri, entre Copiapó et La Serena. 74 km séparent Caldera de Copiapó par la route goudronnée Panamericana. Entre Caldera et Chañaral, une route de 86 km longe la côte aux paysages de roches volcaniques et ses nombreuses plages.

 

Circuits d’exception

Parc Nevado Tres Cruces, Copiapó
Chile Excepción vous propose des circuits sur mesure et hors des sentiers battus

Circuit de 10 jours entre le Pacifique et les 6000 : cet exemple de parcours avec chauffeur-guide privé explore tous les hautes lieux de la région Atacama, les parcs Nevado tres Cruces, Pan de Azucar ainsi que les dunes et les plus belles plages.

Voyage de 19 jours dans le Nord Chili, d’Arica à Copiapó : ce circuit avec chauffeur-guide privé vous permet de connaître la côte Pacifique, les villages des Andes, le parc national Pan de Azúcar, le désert, des volcans, les hauts plateaux d’une région incroyablement riche et diverse.

DÉCOUVREZ LES AUTRES RÉGIONS

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Contenu est protégé.